Prescriptions : encore un bonnet d’âne…

Il fut un temps où l’on distinguait les mauvais élèves en les mettant au coin avec un bonnet d’âne sur la tête. Les médecins généralistes, déjà stigmatisés par une consultation 2 euros moins chère que celle des autres spécialistes, sont en plus suspectés de ne pas savoir lire les recommandations légales et viennent de se voir affublé d’un nouveau bonnet d’âne.

C’est ainsi qu’après nous avoir interdit la prescription des anticholinestérasiques, du clonazepan, des gels de viscosupplémentation, de la rosuvastatine, etc., on nous interdit la primo-prescription d’Isotretinoïne.

A priori ce traitement, aux indications par ailleurs extrêmement limitées, aurait été prescrit depuis sa commercialisation dans un certain nombre de grossesses ayant conduit à de nombreuses ITG. Et comme nous sommes les seuls « coupables », les généralistes n’auront plus le droit de le prescrire. Les dermatologues savent donc mieux lire que nous. CQFD
C’est certainement grâce à l’efficacité de leur DPC.
Parce que le nôtre, de DPC, « peuchère », comme on dit sur la Canebière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *