Elections professionnelles URPS 2015

IMG_0435

Du 5 au 12 octobre 2015, nous, médecins libéraux, sommes sollicités pour voter pour nos représentants aux URPS (Unions Régionales des Professionnels de Santé).

Les URPS représentent tous les médecins libéraux (2900 environ en Haute et Basse-Normandie).

Elles gèrent la permanence-continuité de soins, suivent le projet régional de Santé, sont en lien avec les facultés, le Conseil Régional, etc. Les élus majoritaires sont les interlocuteurs des ARS.

Il est intéressant de savoir que l’URPS comprend 3 collèges : les médecins généralistes (50%), les plateaux techniques lourds (anesthésistes, chirurgiens, obstétriciens) et les autres spécialités (ces 2 derniers représentants les 50% restants).

Il y a 40 délégués pour l’URPS normande : 20 pour le collège des médecins généralistes, 6 pour les plateaux techniques lourds et 14 pour les autres spécialités.

Les votes s’effectuent par collège, mais ensuite il n’existe pas de séparation dans les groupes de travail et la voix des médecins généralistes est souvent peu entendue. En effet, les médecins généralistes ont plusieurs syndicats les représentant (3 polycatégoriels et un seul monocatégoriel qu’est MG France). MG France est donc le seul syndicat à donner la priorité aux voix des médecins généralistes.

La liste MG Normandie emmenée par Laure Lefebvre souhaite rassembler de nombreux médecins généralistes afin que leurs voix soient entendues au sein de cette institution. La liste est jeune, à égale parité et répartie sur tout le territoire normand afin de représenter au plus près le paysage médical normand actuel.

Au delà de l’enjeu local, car le pourcentage obtenu aux élections professionnelles sera décliné sur le pourcentage de médecins MG France dans les différentes instances (CPL, CPR, négociation de la future convention, etc.), il existe un enjeu national.

En effet, plus le nombre d’élus MG France est important dans les régions, plus il existe une représentativité de MG France auprès des instances nationales pour faire le relais des revendications des médecins généralistes, d’autant plus que les négociations sur la Convention débuteront en 2016.

« Plus MG France est fort, plus la voix des médecins généralistes sera portée ».

Sandrine Brullard-Delamare

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *