Délits statistiques IJ: Se défendre c’est aussi défendre sa profession

danger sécuDemain, je vais à la CPAM car je suis convoqué(e) en raison d’un nombre d’indemnités journalières supérieur à celui régional rapporté au nombre de consultations effectuées.

Je suis attendu(e) dans les locaux de la Sécurité Sociale pour un rendez vous qui ne s’annonce pas facile eu égard aux échos que j’ai eus de mes confrères qui y sont passés.

Je ne veux pas subir ce regard culpabilisant et humiliant des autorités sanitaires qui ne prennent pas en compte mes conditions locales d’exercice et les raisons médicales et humaines de mes arrêts de travail.

Je veux pouvoir leur rétorquer que ce sont des statistiques nationales qu’ils appliquent dans mon secteur au mépris des particularités locales et du profil de ma patientèle.

Je veux pouvoir me défendre et mes confrères m’ont conseillé de ne pas y aller seul. « Il faut que tu sois représenté « ont-ils insisté.

Je me suis donc rapproché de l’antenne MG de mon département par le biais du site MG France et de l’adresse mail : services@mg-france.fr

Demain, je ne serai pas seul car le représentant syndical assurera ma défense mais aussi celle de tous ces médecins généralistes qui ne supportent plus ce « flicage des IJ », ce « harcèlement » et cette « intimidation ». Se taire et laisser faire c’est autoriser la poursuite de telles pratiques.

Afin que les CPAM remettent en perspective ce traitement statistique inacceptable des indemnités journalières, il est nécessaire que la profession soit solidaire et fasse front commun pour défendre cet acte thérapeutique qu’est la prescription d’un arrêt de travail.

Un arrêt de travail n’est pas seulement une indemnité journalière, c’est surtout un soin pour un patient qui souffre et qui ne peut assurer son travail, que la souffrance soit physique ou psychique.

N’allez pas seul à la CPAM. Soyez accompagné. Ne laissez pas la Sécurité Sociale vous déstabiliser. MG France est là pour vous épauler. Vous défendre, c’est juste pour vous et bon pour toute la profession.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *