Temps administratif s’allonge, le médecin généraliste s’effondre!

Overworked, depressed and exhausted businessman at his desk with a pile of work or concept for frustration, stress and writers block

Lorsque le dernier patient quitte mon cabinet, un autre temps de médecine s’ouvre à moi. Un de mes confrères l’appelle à juste titre « le temps administratif ».

Face à ma pile de papiers et face à mon ordinateur, je commence ce nouveau temps de la médecine générale qui fait maintenant partie intégrante de mon exercice.

Je m’installe donc pour une demi-heure à une heure de travail administratif… Je vais donc lire les résultats biologiques et radiographiques ainsi que les courriers de confrères.

Je vais choisir d’accéder ou non aux demandes des patients faites via le secrétariat. Certaines demandes sont légitimes, d’autres me font penser que quelques patients me voient surtout comme un praticien avec un stylo « prescripteur ». Ils oublient facilement le soignant que je suis et la démarche de réflexion qu’il m’est nécessaire de faire face à ces diverses sollicitations ainsi que la responsabilité qui en découle. Faut-il renouveler ce « médicament qui manque » et pourquoi pas l’ordonnance qui va avec ? Comment refuser sans colère une demande non acceptable comme le certificat de sport pour ne citer que lui ? Faut-il prendre le temps de faire le courrier pour le spécialiste qu’ils envisagent de consulter mais pour lequel ils ont besoin d’une lettre d’introduction afin que la CPAM les rembourse ? Les exemples ne manquent pas !

Je vais remplir également mes dossiers MDPH, mes protocoles ALD, mes dossiers APA…

Je vais peut-être rappeler des patients car leurs résultats biologiques nécessitent des examens de contrôles ou des adaptations thérapeutiques. Derrière ces appels se trouvent un soin mesuré et réfléchi où toute notre compétence a sa place. Faut-il rappeler au risque de générer une inquiétude ? Faut-il pondérer et donc mesurer à juste dose le degré d’urgence d’un appel ?

Enfin, je vais m’occuper de ma télétransmission vérifier mes retours NOEMIE…

S’il est vrai que ces moments paraissent tranquilles et dénués de pression à la différence d’une journée en face à face avec les patients, néanmoins, depuis quelques années, ce temps s’allonge dangereusement et embolise mon temps d’activité sans être réellement rémunéré…

Le temps de travail moyen d’un médecin est de 57h/semaine avec en moyenne 33 heures au contact des patients (In DREES 2016 Portrait des professionnels de santé).

Ce temps administratif fait dorénavant partie de notre exercice de soignant. Il est indissociable maintenant de notre activité et il est nécessaire qu’il soit reconnu à sa juste valeur. MG France prône le développement des forfaits afin que ce temps en dehors du face à face avec les patients soit enfin valorisé et rémunéré. Le développement d’une dotation structure est une solution pour en déléguer une partie vers nos secrétariats ou auxiliaires médicaux.

MG France se bat aux côtés des médecins généralistes afin que toute les facettes de leur activité professionnelle soit reconnues et valorisées, nous qui avons un taux de rémunération horaire inférieur de 78% par rapport aux autres médecins spécialistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *