La peur administrative, le nouveau fléau de la médecine?

Version 2Comme chaque semaine, je suis amenée à effectuer des arrêts de travail. Ce sont souvent des arrêts courts en lien avec les pathologies infectieuses actuelles et parfois, ce sont des prolongations de longue durée s’intégrant dans une prise en charge globale de pathologies complexes physiques et psychiques.

Je sais que l’arrêt de travail fait pleinement partie de ma démarche de soins et d’accompagnement au même titre que mon écoute et que mes prescriptions de médicaments ou de soins. Mais cette semaine, j’ai eu peur en rédigeant des arrêts.

Une pensée inhabituelle est survenue : « Cet arrêt-là sera-t-il celui qui me fera basculer au dessus des statistiques de mon département et qui me fera donc recevoir une lettre de la CPAM me mettant en demeure de modifier mon activité ? » J’ai pensé à tous mes confrères en souffrance lorsqu’ils se trouvent confrontés à cette mise en accusation. J’ai pensé : « Eux aujourd’hui, ce sera moi demain… »

Même si notre métier ne nous laisse pas indemne de sources d’inquiétudes humaines et médicales, nous apprenons à vivre avec ces craintes de « passer à côté », de « ne pas bien appréhender le degré d’urgence », de « tarder à faire le diagnostic ». Mais cette peur administrative est bien éloignée de celles que nous savons maitriser dans notre exercice quotidien et elle s’invitait malheureusement dans ma relation de soins avec ces patients.

MG Normandie n’accepte pas qu’une pression administrative statistique altère la relation de soins des médecins généralistes avec leurs patients. danger sécu
Si vous êtes incriminés, ne restez pas seuls face à votre CPAM. MG Normandie est à vos côtés et peut vous accompagner en cas de   convocation. Refusez par écrit une mise sous objectifs et demandez plutôt la mise sous entente préalable de vos arrêts de travail en vous faisant aider par MG Normandie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *